Mange, jardine, aime

Mange, jardine, aime

Qu’on se mette tout de suite d’accord, je n’ai jamais lu ce livre et tout ce qu’il m’inspire c’est une affiche de film avec Julia Roberts. Mais ce titre… Non mais quel titre ! Je ne sais pas pour vous, mais moi je l’adore. On dirait un mantra pour sourire à la vie. Je crois que d’ailleurs c’est le sujet du livre, mais n’hésitez pas à me contredire dans les commentaires.
Pour changer, j’ai encore déménagé. Encore plus loin. Encore plus seule. Ça pourrait faire un titre de chanson déprimante qui passe sur Nostalgie tiens..! Ne vous y trompez pas, je suis très heureuse d’avoir déménagé, puisque c’est pour un stage qui me passionne dans un domaine non moins passionnant : l’agriculture bio. Seulement il a fallu faire quelques sacrifices au passage car Angers, ce n’est pas la porte d’à côté ! Il doit y avoir maintenant à peu près quatre heures de routes pour revenir chez mes parents (sans les bouchons parisiens…). Et près de trois heures pour rejoindre Monsieur Léon. Gloups.
Bon, tout ça pour en venir (enfin) au sujet du jour : l’épanouissement personnel.

Nul intention de prôner un comportement alimentaire déraisonné et dangereux pour sa santé. Loin de là. Mais le plaisir passe par la bouche. Et quoi de plus sensuel, de plus délicieux que la première bouchée tant attendue d’un plat plein de promesses ?
Cet instant précis où l’on est tiraillé par l’envie de dévorer un plat et celle de prendre son temps pour en tirer toutes les exquises nuances.
Et bien c’est ce « mange » qui fait du bien, qui réchauffe le cœur dont je parle. Sans contrainte malheureuse (de temps ou de calories) mais avec des contraintes heureuses : des produits de qualité et de saison, des produits cuisinés avec soin et amour (si, si, ça compte l’amour !). Suivre son appétit sans perdre la raison surtout, parce que c’est si triste de culpabiliser d’avoir mangé.

Parce que pour bien manger, il faut avoir de bons produits de base. Et rien ne vaut ce qu’il y a juste derrière sa porte.
Jardiner, c’est stresser d’un bon stress. Surveiller la météo, s’inquiéter des taux de germination et paniquer en voyant une limace. Ce stress me galvanise dès que j’y suis confrontée. Et pourtant, dès que j’ai les mains dans la terre, POUF ! Par magie, plus rien. Mais vraiment plus rien. L’esprit vide, comme une boule de coton. Un peu comme cet état second quand on sort d’un rêve éveillé. Il y en a (que j’admire) qui se vident la tête en faisant du sport, moi c’est en arrachant du liseron. Faut de tout pour faire un monde hein !

D’abord, sans aucune possibilité de négociation : s’aimer soi-même. C’est la partie la plus difficile pour moi. Grande complexée depuis longtemps, j’apprends au fur et à mesure à m’aimer et à m’accorder plus. Et on part de (très) loin.
Ensuite, aimer les autres. Sa famille, son voisin, le bonhomme devant à la boulangerie… Ceux qui ne sont pas encore là aussi. Et ceux qui sont déjà partis.

Aimer les grands moments comme les petits. Aimer se construire des souvenirs avec des proches. Aimer être seule aussi. Finalement, je n’arrive pas à faire clairement de distinction entre ces trois parties. Parce qu’elles sont indissociables à mon sens. Ce sont ces trois éléments qui me permettent de me lever le matin et d’être motivée à avancer dans la vie. Les longues semaines solitaires se raccourcissent en passant des soirées entières dans le potager. Les week-ends ont un goût de bonheur en partageant de bons petits plats avec mon amoureux. Les nuits agitées s’adoucissent en pensant à ceux qu’on aime.

Il n’y a pas de recette secrète pour être heureux, mais si vous me demandez la mienne, elle est simple : mange, jardine, aime.



2 thoughts on “Mange, jardine, aime”

  • Magnifique article et mantra inspirant ! Quel bonheur de lire des choses aussi positives qui rebooste ! Bravo pour ce blog exceptionnel !

    • Nous sommes ravies que les articles te plaisent !
      Merci du fond du cœur pour tes encouragements ! 😀
      A bientôt sur le blog!

      Basilic (L)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *