Ciao Firenze !

Ciao Firenze !

Si l’on ne peut avoir qu’une seule et unique certitude dans ce monde, c’est que la vie réserve bien des surprises. Certaines vous font sourire. Certaines vous font pétiller. Certaines vous font sombrer. Oui, la vie réserve bien des surprises.
Les circonstances font que je vais avoir beaucoup de « temps libre » pendant les prochains mois. On ne peut pas toujours retrouver ce que l’on a perdu, mais parfois en cherchant on trouve d’autres choses intéressantes. D’où quelques projets de voyages pour la fin d’année et le début d’année prochaine.
Premier d’une (je l’espère) longue série : Florence. Italie me voilà ! Un ami était disponible fin octobre pour partir quelques jours, alors nous avons posé nos valises une petite semaine dans cette belle ville toscane. Par petite semaine, j’entends cinq jours. Nous avons trouvé un amour de Airbnb à deux pas du centre-ville dans un immeuble historique et mystérieux. Bon, peut-être pas mystérieux. Mais historique, oui !

Du coup, je vous propose aujourd’hui mes coups de cœur à Florence.

 

Florence et les florentins
La ville est un haut lieu du tourisme italien, alors attendez-vous à croiser plus d’étrangers que d’habitants. Malgré la masse de touristes pressés de boucler leur circuit en trois jours, les autochtones demeurent courtois et souriants. Ils font un réel effort pour parler lentement et souvent en anglais. Rien à voir avec l’impatience romaine.
Notre hôte Airbnb a pris le temps de nous faire visiter l’appartement et nous expliquer tout de son fonctionnement. Il nous a également donné ses bonnes adresses culinaires, que nous avons suivies à la lettre pour notre plus grand plaisir. Il nous a même aidé à réserver un taxi pour le trajet de retour vers l’aéroport.

Florence, ma belle
Cette ville est un véritable musée à ciel ouvert. D’ailleurs, ce ne sont pas les musées qui manquent. Je vous conseille d’investir dans une Firenze Card, qui vous permettra d’entrer dans la quasi-totalité des musées et bâtiments historiques (sauf expositions temporaires, où il faudra vous acquitter d’un supplément de quelques euros). La carte coûte aux alentours de soixante-dix euros. Sachant qu’une entrée dans un musée coûte entre sept et dix euros généralement, la carte sera assez vite rentabilisée. Autre petit avantage : avec cette carte vous éviterez de faire la queue aux billetteries, un accès prioritaire étant réservé aux porteurs de la carte : il suffit de la montrer au personnel qui vous donnera un ticket d’entrée (à garder sur soi pendant toute la visite).
Il y en a pour tous les goûts : musées (je crois que vous l’avez compris maintenant), églises et bâtiments religieux, jardins et parcs, balade le long du fleuve ou encore dans les ruelles du centre-ville, toutes plus charmantes les unes que les autres. Florence se visite d’ailleurs à pieds. Le centre-ville est entièrement réservé aux piétons (sauf taxis et résidents).
Pour éviter la foule et surtout les fortes chaleurs estivales, préférez partir pour un week-end prolongé à l’automne ou au milieu du printemps. Nous avons eu des températures oscillant entre 18 et 23° en partant à la Toussaint, ciel bleu et légère brise agréables pour les longues journées de marche. La perfection météorologique.
Les incontournables à voir sont le Duomo (réservez à l’avance la visite, les places sont limitées), le Palazzio Pitti, le Ponte Vecchio et les musées du centre-ville. Une mention spéciale pour les jardins de la rose, sur l’autre rive du fleuve, qui vous permettront de jouir d’une vue imprenable sur les toits de tuiles orangées et vous raviront grâce aux effluves des fleurs d’agrumes et de jasmin qui s’en dégagent. Un peu à l’écart, mon coup de cœur : le musée d’Histoire naturelle. Il abrite une collection impressionnante et parmi les plus importantes d’Europe. Vous pourrez aussi profiter d’une visite guidée de la collection de reproductions anatomiques en cire commandée par la faculté de médecine de Florence il y a plusieurs siècles.

Trois fois par jour à Florence
Ah la cuisine italienne… Nul besoin de préciser que l’Italie n’est pas la destination idéale pour les angoissés de la silhouette. Pizza, pasta, et cætera ! La ville regorge de restaurants. Vous devez impérativement éviter ceux qui sont autour des grandes places et musées, qui offrent des formules pour les touristes à des prix sacrifiés. Mais on voit rapidement ce qui a été sacrifié quand l’assiette arrive.
Le meilleur glacier de la ville, Vivoli, se cache dans une petite rue près de la place Santa Croce (Via Isola delle Stinche). Pour ne rien gâcher, les prix sont moins élevés que dans les boutiques installées sur le Ponte Vecchio ou autour des grands lieux touristiques.  Les parfums crème et chocolat combinés dans le même pot est un « must-try ».

Pour les meilleurs sandwichs, allez essayer All’Antico Vinaio (Via dei Neri). Pour cinq euros vous pourrez mordre à pleines dents dans un énorme sandwich au pain tiède, charcuterie régionale, mozzarella fondante et huile d’olive. Je vous assure que c’est le meilleur sandwich de ma vie.
Et s’il ne fallait retenir qu’un seul restaurant, ce serait Cucina Torcicoda (Via Torta). Les plats de pâtes sont généreux et gourmands, la viande tendre à souhait et les desserts… Ah les desserts ! Le millefeuille est à tomber. Rien à voir avec un millefeuille français cependant, la crème est bien plus légère et mousseuse, comme une chantilly vanillée montée au mascarpone.

 

Un peu de Florence dans la valise
La plupart de ce que vous pouvez trouver à Florence, vous pourrez le trouver en France pour des prix équivalents. Surtout en ce qui concerne la nourriture : pâtes, biscuits et épices de cuisine. Il est d’ailleurs probable que vous ayez réservé un billet d’avion à un tarif avantageux qui ne vous autorise qu’un bagage en cabine : gare aux liquides et produits assimilés (pâtes de fruit et chocolat notamment), qui finiront à la poubelle de la douane de l’aéroport.
Je vous conseille de privilégier les souvenirs des boutiques officielles des musées, tels que des livres ou des reproductions de tableaux, de meilleure facture et plus « historiques ». Mais sous l’étiquette ce sera en grande majorité du made in China où que vous fassiez vos achats.
Florence est la ville du cuir. Nous n’avons rien ramené pourtant. D’abord parce que nous n’y connaissons rien et que les prix vont du simple au double en fonction des boutiques. Ensuite parce que dans la plupart des boutiques les articles sont très similaires et manquent cruellement de charme : cuir peu travaillé, fortes odeurs d’huiles d’entretien du cuir (auxquelles je suis allergique) et coupes grossières. Après cela peut très bien plaire à certains, mais je préfère les petits articles de cuir avec des détails plutôt que des grandes pièces quasiment brutes.
Il y a également nombre de parfumeries dans la ville. Concernant les chaussures, j’ai été un peu déçue. On retrouve des marques internationalement connues telle que Ferragamo (vous pouvez d’ailleurs visiter un petit musée bien sympathique sous la boutique) ou des grandes marques de haute couture comme Dior, Louis Vuitton et autres. Mais je n’ai fait que baver devant les vitrines. Le budget, c’est le budget…

N’hésitez pas à partager vos bons plans et chouchous florentins en commentaires également si vous avez déjà visité cette belle ville.

Bonne fin de journée à tous,

Léon.

 



1 thought on “Ciao Firenze !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *